Appel à communications

Ces dernières années, les territoires ont été confrontés à l’apparition de crises majeures. Ces crises majeures, qu'il s'agisse de catastrophes naturelles, de conflits armés, de crises économiques ou sanitaires ont considérablement affecté les territoires où elles se sont produites, perturbant la vie des populations locales, et ayant d’importants effets économiques négatifs, comme cela fut par exemple le cas à la Nouvelle-Orléans suite au passage de l’ouragan Katrina ou encore plus récemment avec la crise du Covid-19.

 C’est ainsi que la résilience territoriale, comprise comme « la capacité d'un territoire à faire face aux chocs, aux perturbations et à s'adapter pour maintenir son fonctionnement et la qualité de vie de ses habitants » (Christopherson et al., 2010), est devenue un enjeu majeur (Bristow & Healy, 2015). La résilience territoriale implique le développement des capacités d’adaptation des acteurs constitutifs du territoire, qu’il s’agisse d’acteurs privés (citoyens, firmes, consommateurs, etc.), d’acteurs publics ou parapublics (entreprises publiques, universités, centres de recherche) ou d’acteurs pilotes en matière de gouvernance (municipalités, intercommunalités, conseils départementaux ou régionaux, etc.) La résilience ne se limite pas au seul rétablissement du niveau de croissance pré-crise, comme l’implique parfois l’utilisation du terme anglo-saxon « recovery », mais demande au contraire des changements structurels qui nécessitent créativité et innovation (Hamdouch et al., 2012). Or, innovation, créativité et territoire sont étroitement liés puisque les territoires, s’ils ont des traits communs et présentent assurément une forme d’interdépendance, n’en demeurent pas moins des portions d’espace présentant des agencements singuliers de ressources et cultures. Les caractéristiques propres à chaque territoire peuvent alors stimuler l'innovation et la créativité en offrant un environnement favorable à l'expérimentation, à la collaboration et à l'apprentissage (Boschma, 2015; Florida et al., 2010). Ceci est notamment rendu possible par le fait que l’échelle des territoires voit la coexistence de différents niveaux économiques, mettant en exergue divers mécanismes de coordination au travers des marchés, hiérarchies et réseaux, mais aussi des liens de solidarité et de réciprocité et la mobilisation de communs (Cohendet et al., 2018, 2021). 

C’est la raison pour laquelle le 60e colloque de l’ASRDLF portera sur la thématique « Territoires, Créativité et Innovation ». Ce sera l’occasion d’encourager un regard renouvelé sur cette question dans une optique pluridisciplinaire. Des travaux en géographie de l’innovation, en économie créative et en management des transitions (entre autres) seront les bienvenus comme ceux portant sur les solidarités et l’innovation sociale, l’intermédiation ou la résilience territoriale. 

Télécharger l'appel à communications :

 

Consignes :

Les propositions de communication doivent comprendre les éléments suivants :

  • 1. Les coordonnées du ou des auteurs (Nom, Prénom, titre, affiliation, mail)
  • 2. Le titre de la proposition
  • 3. Le nom d’une ou deux sessions (spécifiques/récurrentes/spéciales) dans la(es)quelle(s) s’inscrit la proposition
  • 4. Un résumé de 800 mots exposant l’objectif de la communication, l’originalité du sujet, la méthode utilisée, les résultats obtenus
  • 5. Une liste de 5 mots-clefs
  • 6. Une bibliographie spécifique à la proposition (10 références maximum)

 

Pour toute question concernant la soumission de proposition de communication, contactez-nous par mail :

L’appel à communications est ouvert jusqu’au 29 mars 2024.

 

Communications définitives

Après acceptation par le comité scientifique, le texte complet des communications, aux normes de style imposées, devra parvenir aux organisateurs du colloque au plus tard le 15 juin 2024. Les envois de communications définitives s’effectueront directement en ligne par les participants. 

Téléchargez la feuille de style ci-dessous.